Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Twitter : @Rcoutouly

Il faut demander plus à l'impôt

et moins aux contribuables

 

Alphonse Allais

 

Outil fiscal

Les contributions incitatives sont des micro-taxes payées sur les activités polluantes. L'argent récolté permet aux plus démunies d'investir dans les transitions écologiques et énergétiques. 

Vidéos

 
Un résumé de la pensée de l'auteur sur la crise écologique 
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 08:40

 

serresurtoit.jpg

 

Nos toits sont sur nos têtes et on y pense pas. Et si une partie des solutions à nos problèmes se trouvaient au dessus de nous? 

Depuis que les hommes sont sortis des cavernes et se sont construits des habitations, leur première préoccupation a été de se protéger des intempéries. Les toitures ont d'abord été conçu pour les abriter de la pluie. Elles devaient donc être étanches et pentues pour évacuer l'eau.

Il nous paraît donc évident que l'usage de ces toits reste cantonné à cette fonction. Avec le temps, ces toits se sont différenciés et chaque terroir à ses propres usages (toit en ardoise, en tuile canal, ...).

La situation de l'Humanité a beaucoup changé. Aujourd'hui, sur une planète qui court allégrement vers 10 milliards d'habitants, l'artificialisation des espaces naturels devient un phénomène préoccupant: pour la France, elle augmente de 6000 km2 chaque année. Or, en vision aérienne, l'artificialisation regroupe essentiellement des espaces bitumés (transport et stationnement) et des toits.

 

Les nouveaux enjeux environnementaux et la densification des territoires doivent nous amener à reconsidérer les fonctions de nos toitures.  L'installation d'antenne relais sur les toits a été déjà un moyen pour les opérateurs de téléphonie de leur trouver un autre usage. 

A l'avenir, il y en aura bien d'autres. Faisons une revue de détail de ces nouveaux usages.

1-Recueillir l'eau de pluie: Dans le passé, la toiture servait à étanchéifier l'habitation et a évacuer l'eau. Mais l'eau devient une ressource de plus en plus précieuse. On doit donc se donner les moyens de capter ces eaux puis de les stocker.

2-Capter le gisement d'énergies naturelles: Dans le passé, le toit renvoyait l'énergie lumineuse dans l'atmosphère par réverbération. Or, cette énergie du soleil peut être utilisé pour chauffer de l'eau, l'habitat ou produire de l'électricité. Le vent était un risque potentiel dont il fallait se prémunir. Or, il est aussi une énergie qu'il faut savoir capter.

3-Devenir un espace naturel: Dans le passé, le toit était un espace artificiel, constitué de matériaux minéraux fabriqués pour leur capacité à étanchéifier l'habitat.  Recouvert de terre, il va devenir un espace de vie biologique au service de l'homme.

4-Devenir un espace habité: Dans le passé, la toiture était un espace inhabitable, inconnu des hommes vivant dessous. Seuls les oiseaux et les chats en avaient l'usage. Désormais, nous allons en faire aussi des espaces de vie.

Nous sommes en train de découvrir que nos toitures possèdent des ressources et représentent un gisement qu'il nous faut exploiter. Conquérir nos toits, voilà le nouveau Far-West, la nouvelle frontière qu'il nous faut cibler. Nos toits deviennent un potentiel économique qu'il nous faut cultiver.

Pour cela, de plus en plus,  nous allons nous débarrasser de nos toits en pente, recouverts, de tuiles ou d'ardoises. Nous allons les remplacer par des toitures plates, bien entendu étanchéifiés, qui vont avoir de nouvelles fonctions.

A l'avenir, un toit sera un espace organisé avec différents usages:

Chaque propriétaire foncier aura intérêt à récupérer l'énergie passant à proximité de son bien car l'énergie deviendra de plus en plus cher. On y installera donc des capteurs solaires chauffant l'eau, des micro-éoliennes produisant de l'électricité et des cellules photovoltaïques. Une installation individuelle sur une maison (20 à 25m2 de panneaux) produit 120% de la consommation moyenne électrique d'un ménage, hors chauffage, en été en Picardie. En hiver, cela représente 50%. Les mêmes mesures, dans le midi de la France, représente 150% et 80%.

 Devant des espaces urbains de plus en plus denses, l'accès au soleil va devenir de plus en plus rare puisque les ombres des bâtiments vont s'accentuer. Posséder ou partager une terrasse sur les toits, à condition que les bâtiments voisins conservent la même hauteur, c'est profiter du soleil et de la vue pour le bien-être des habitants. 

 

Installer sur les toits de la terre permet d'en faire des espaces biologiques avec des fonctions variées:

-produire des légumes pour les habitants : alors que trouver un bout de jardin devient de plus en plus difficile dans les villes, les toits sont des espaces qui peuvent servir à cela.

Un exemple : Mohamed Hage a créé la ferme Lufa sur un toit d'immeuble de bureaux  à Montréal. Il y a installé une serre gigantesque de 3000 m2. C'est la plus grande serre potagère du monde. Elle emploie 19 personnes et produit essentiellement des tomates, des salades et des fraises. Sa production est vendue à près de 1000 familles du voisinage sous la forme de panier hebdomadaire. Sa serre utilise moins d'énergie qu'une serre traditionnelle puisqu'elle récupère la chaleur de l'immeuble. En retour, la serre facilite l'isolation du bâtiment. La production étant locale, l'économie se fait aussi sur le transport. C'est donc un concept économiquement viable et donc reproductible. 

-participer au maintien de la biodiversité: on sait aujourd'hui que la compartimentation des espaces naturels est un obstacle majeur face à la perte de biodiversité. Pour certaines espèces, des toits végétaux vont constituer des relais limitant cette compartimentation. Déjà, dans les villes, les abeilles ont trouvé des conditions de vie bien meilleures que dans les campagnes.

-installer des jardins d'agrément, décoratif, des espaces de vie, pour le bien-être des habitants.

 

En conclusion, on insistera ici sur le potentiel de ces "nouveaux" espaces. La concurrence pour l'usage des sols fait augmenter le prix des terrains et freine la croissance économique. En investissant ces nouveaux territoires, on va y trouver des opportunités facilitant la relance de l'économie, la réussite de la transition énergétique et l'ouverture de nouvelles perspectives aux hommes. 

 

Pour en savoir plus:    L'immeuble du futur : un écosystème au service de l'homme

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires